Bujumbura abrite le salon industriel 2ème édition 2019

0
118
SE Pierre Nkurunziza est au milieu lors du lancement du salon industriel 2ème édition 2019
SE Pierre Nkurunziza est au milieu lors du lancement du salon industriel 2ème édition 2019

En date du 13 au 15 juin 2019, à Bujumbura, sous le Haut Patronage du Chef d’Etat Pierre Nkurunziza, l’Association des Industriels du Burundi AIB, avec l’appui financier de Trade Mark East Africa a organisé le salon industriel, deuxième édition l’an 2019 sous le thème “L’innovation, facteur déterminant de la compétitivité industrielle”

Mr Econie Nijimbere, Consultant Indépendant a indiqué que l’innovation constitue la nouvelle technologie adoptée par une entreprise pour promouvoir ses nouveaux produits ou ses anciens produits améliorés.

Elle est de 3 types à savoir l’innovation commerciale, l’innovation de procédé et l’innovation de l’organisation au sein des entreprises, a -t-il précisé.

Chaque médial a son revert. Le manque du personnel qualifié et des moyens de faire des recherches approfondies constituent les défis majeurs de l’innovation, a renchéri Nijimbere

M. Denis Nshimirimana, Secrétaire Général du Chambre Fédérale de Commerce et d’Industrie du Burundi (CFCIB) a ajouté que parmi les défis figure le code des investissements qui nécessite une révision pour attirer les investisseurs nationaux et étrangers. Il y a aussi un petit marché suite au faible pouvoir d’achat des burundais et enfin le Bureau Burundais de Normalisation qui n’est pas encore bien équipé.

 Les industries fruitières devraient prendre la relève en achetant les fruits locaux et les transformer et enfin créer l’emploi et ajouter une plus-value. Ces produits transformés peuvent être exportés ailleurs, a -t-il ajouté.

Les barrières de l’exportation des fruits restent pendants

Des barrières comme le manque des chambres froides, des hangars de conservations et des terminales frigorifiques s’imposent lors de l’exportation des fruits frais, a déploré M. Nshimirimana, le SG de la CFCIB. Car, selon toujours lui, la plupart des fruits pourrissent à court termes. Et, il a fait savoir que certaines industries fruitières comme Liquides, Savonor, Brarudi atténuent la situation. Mais, il reste à voir si la qualité de leurs produits respecte les normes d’exportation, s’interroge-t-il

Olivier Suguru, Président de l’Association des Industries au Burundi AIB a fait savoir que cette association a mis en place un département chargé de renforcer les connaissances des jeunes dans l’optique de rapprocher la formation des jeunes et les activités   industrielles. 66% des burundais sont les jeunes, a -t-il indiqué

Parmi eux, 65% est au chômage en 2017. L’entrepreneuriat est une solution à cette problématique, a souligné l’orateur du jour Gilbert Girukwishaka.

 Le Président de la République Pierre Nkurunziza a indiqué que son objectif est de réconcilier la jeunesse et leur terre, leur patrie et leur identité.

La jeunesse burundaise a le pouvoir de promouvoir l’industrie burundaise par son dynamisme et par sa compétence. Les industries ont une part active à la diminution du chômage des jeunes et cela pourrait arnaquer les mouvements des jeunes vers les pays étrangers.

Signalons que le salon industriel première édition a eu lieu à Bujumbura, en date du 14-16 juin 2018 sous le thème : « Industrie, pilier et le moteur de la croissance économique dans la Communauté Est Africaine.


Richard Nsengiyumva,Stagiaire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here