Du nouveau à la BRB pour protéger les consommateurs des produits et services financiers

0
220
Banque de la République du Burundi
Logo illustrant la Banque de la République du Burundi

Avant d’ouvrir un compte pour un client les institutions financières sont obligées d’informer le client en rapport avec tous les documents exigés. Ces documents doivent être rédigés en langue de son choix d’une façon compréhensible et lisible comme le stipule le règlement n o 001/2019 relatif à la protection des consommateurs des produits et services financiers

Selon Mme Diane Joselyne Bizimana, Chef de service de la supervision, de la stabilité financière et de l’inclusion financière à BRB le fournisseur de produits et services financiers doit protéger les données et les transactions des consommateurs et en assurer la confidentialité. Et, elle ajoute que le fournisseur doit mettre en place des infrastructures physiques permettant d'assurer la confidentialité et la sécurité des consommateurs lors des retraits aux guichets et aux GAB (guichet automatique de banque) . Elle indique qu’il est strictement interdit aux institutions financières de demander les frais lors de la demande des situations de comptes. Car, explique –t-elle, le consommateur a le droit de connaitre sa situation bancaire. Et, de préciser que l’ouverture et la fermeture d’un compte est gratuit. « Avant d'ouvrir un compte pour un consommateur, le fournisseur de produits et services financiers doit informer le consommateur des droits et devoirs y relatifs. Parmi ceux-ci incluent les types de comptes et modalités de leur fonctionnement ainsi que les documents exigés », a indiqué Mme Diane Joselyne Bizimana. Les informations du consommateur proportionnelle à la nature du service sollicité Pour éviter des probables confusion des clients, le fournisseur des produits et services financiers doit demander au consommateur de lui fournir tous les éléments nécessaires pour son identification que ce soit ses voies de communication. Et de noter que le niveau d’information à collecter sur le consommateur doit être proportionnel à la nature et à la complexité du produit ou du service cherché par celui-ci. Mais, précise Mme Bizimana, cette information doit être à mesure de permettre au fournisseur de ces produits et services financiers d’offrir le service de façon professionnelle. L’honnêteté doit s’imposer dans les documents publicitaires   Le règlement recommande aux fournisseurs financiers de mettre à la disponibilité de leurs clients les documents de marketing lisibles et honnêtes. Ce fournisseur doit s’assurer que ses activités de marketing et de publicité sont honnêtes, plus particulièrement par rapport à la capacité à offrir le produit ou service publié, l’étendue des capacités, des ressources, la rareté du produit ou des services publiés ainsi que les performances déjà réalisées ou escomptées sur le produit ou service publié. En outre, le fournisseur doit former, sensibiliser et encourager ses  employés à réserver un accueil approprié à la clientèle et à lui garantir un service rapide, souligne Mme Bizimana. Et, le consommateur de sa part doit lire attentivement le contrat avant de le signer. Cela pour éviter des éventuels conflits d’intérêts qui peuvent surgir suite l’incompréhension de certains mots clés du contrant surtout les pénalités et les commissions pouvant s’appliquer lors d’un non-respect dudit contrat, poursuit-elle.  C’est pourquoi le fournisseur des produits et services financiers doit rédiger les documents en trois langues dont le Kirundi, le Français et l’Anglais en caractères de police 12 lisible. Et, d’informer son client le plus tôt possibles en cas d’un problème quelconque via les canaux de communication les plus récents qui sont à la disposition de l’institution financière, conclut M. Florent Nkezabahizi, responsable de la cellule des relations publiques et de la communication à BRB (Banque de la République du Burundi)  Il est à noter que chaque institution financière doit avoir un numéro téléphonique fonctionnant 24H /24H pour pouvoir intervenir rapidement en cas d’alerte urgent. Mme Bizimana fait savoir aussi qu’on doit être seul pendant les opérations de retrait aux guichets ou dans la chambre du guichet automatique pour garantir la confidentialité et la sécurité du consommateur. Cela revient aux consommateurs eux aussi d’être prudents lors de leurs transactions aux GAB, conseille Mme Bizimana  Signalons que ce règlement a été signé en date du 3 janvier 2019.
Mme Diane Joselyne Bizimana

Selon Mme Diane Joselyne Bizimana, Chef de service de la supervision, de la stabilité financière et de l’inclusion financière à la BRB, le fournisseur de produits et services financiers doit protéger les données et les transactions des consommateurs et en assurer la confidentialité. Et, elle ajoute que le fournisseur doit mettre en place des infrastructures physiques permettant d’assurer cette confidentialité et la sécurité des consommateurs lors des retraits aux guichets et aux GAB (guichet automatique de banque). Elle indique qu’il est strictement interdit aux institutions financières de demander les frais lors de la demande des situations de comptes. Car, explique –t-elle, le consommateur a le droit de connaitre sa situation bancaire. Et, de préciser que l’ouverture et la fermeture d’un compte est gratuit.

« Avant d’ouvrir un compte pour un consommateur, le fournisseur de produits et services financiers doit informer le consommateur des droits et devoirs y relatifs. Parmi ceux-ci incluent les types de comptes et modalités de leur fonctionnement ainsi que les documents exigés », a indiqué Mme Diane Joselyne Bizimana.


Les informations du consommateur doivent être proportionnelles à la nature du service sollicité

Pour éviter des probables confusion des clients, le fournisseur des produits et services financiers doit demander au consommateur de lui fournir tous les éléments nécessaires pour son identification; ainsi que la présentation de ses voies de communication. Et, de noter que le niveau d’information à collecter sur le consommateur doit être proportionnel à la nature et à la complexité du produit ou du service cherché. Mais, comme le précise Mme Bizimana, cette information doit être à mesure de permettre au fournisseur de ces produits et services financiers d’offrir le service de façon professionnelle.


L’honnêteté doit s’imposer dans les documents publicitaires 

Le règlement recommande aux fournisseurs financiers de mettre à la disponibilité de leurs clients les documents de marketing lisibles et honnêtes. Ce fournisseur doit s’assurer que ses activités de marketing et de publicité sont honnêtes, plus particulièrement par rapport avec la capacité d’offrir le produit ou service publié, l’étendue des capacités, des ressources, la rareté du produit ou des services publiés ainsi que les performances déjà réalisées ou escomptées sur le produit ou service publié.

En outre, le fournisseur doit former, sensibiliser et encourager ses employés à réserver un accueil approprié à la clientèle et à lui garantir un service rapide, souligne Mme Bizimana. Et, le consommateur de sa part doit lire attentivement le contrat avant de le signer. Cela, pour éviter des éventuels conflits d’intérêts qui peuvent surgir suite à l’incompréhension de certains mots clés du contrant surtout les pénalités et les commissions pouvant s’appliquer lors d’un non-respect dudit contrat, poursuit-elle.


Les documents
doivent être rédigés en trois langues

 C’est pourquoi le fournisseur des produits et services financiers doit rédiger les documents en trois langues dont le Kirundi, le Français et l’Anglais en caractères de police 12 lisible. Et, d’informer son client le plus tôt possibles en cas d’un problème quelconque via les canaux de communication les plus récents qui sont à la disposition de l’institution financière, conclut M. Florent Nkezabahizi, responsable de la cellule des relations publiques et de la communication à BRB (Banque de la République du Burundi)

Il est à noter que chaque institution financière doit avoir un numéro téléphonique fonctionnant 24H /24H pour pouvoir intervenir rapidement en cas d’alerte urgent. Mme Bizimana fait savoir aussi qu’on doit être seul pendant les opérations de retrait aux guichets ou dans la chambre du guichet automatique pour garantir la confidentialité et la sécurité du consommateur.” Cela revient aux consommateurs eux aussi d’être prudents lors de leurs transactions aux GAB”, conseille Mme Bizimana

Signalons que ce règlement a été signé en date du 3 janvier 2019.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here