PAMUSAB : La qualité des services de soins de santé évaluée à plus de 70%

0
175
M.Libère Bukobero,vice-président de la PAMUSAB au milieu
M.Libère Bukobero,vice-président de la PAMUSAB au milieu


Ce 26 juin 2019, lors de la présentation de l’enquête dénommée « Evaluation de la qualité effective des soins et des Services de santé dans les formations sanitaires conventionnées avec les mutuelles de santé communautaires membres de la PAMUSAB » qui a été faite à travers toutes les provinces du Burundi en décembre 2018 démontre la plus-value de la mutualité communautaire comme l’a indiqué Libère Bukobero, le vice-président de la plateforme des Acteurs des Mutuelles de Santé du Burundi (PAMUSAB)

vue partielle des participants
Vue partielle des participants

Selon M. Libère Bukobero, le vice-président de la PAMUSAB, cette enquête vise l’évaluation de la qualité effective des services et des soins par les prestataires de ces soins et services et tout autre partenaire impliqué dans la qualité des soins. Il a précisé que la qualité des services dans les formations sanitaires (FOSA) conventionnées avec la PAMUSAB est évaluée à 72 %. Cela traduit le rôle prépondérant que joue cette plateforme dans le domaine sanitaire dans la communauté burundaise. 

M. Bukobero explique qu’une mutuelle de santé est une association sans but lucratif. Elle fonctionne sur base d’un mécanisme de partage des risques et de mis en commun des ressources. Et, les mutuelles n’opèrent aucune sélection des membres liés au risque individuel. Ce type d’organisation promeut la prise de décision participative et la démocratie.

Il a fait savoir qu’au niveau de la société les mutuelles influent sur le rapport entre les prestataires de soins et les membres qui ont besoin de leurs services. Elles revendiquent leur accès aux meilleurs services santé. Ce qui renforce la bonne gouvernance du secteur de santé.

Selon toujours lui, le Burundi dispose une politique nationale de santé (2016-2025) ayant les domaines prioritaires incluant entre autre l’amélioration du système de la santé communautaire, le renforcement de la complémentarité et des synergies intersectorielles. M. Bukobero précise en outre que le cadre stratégique de croissance et de lutte contre la pauvreté préconise le développement des mutuelles de santé communautaires comme la voie pour assurer la couverture maladie aux populations du secteur rural et informel.

Bien que les mutuelles de santé communautaire au Burundi jouent un rôle non négligeable dans l’accès facile aux soins de santé et contribuent dans l’amélioration de la qualité des soins, elles couvrent un infime proportion de 2% de la population burundaise et assurent les prestations des ménages ruraux et informels, en offrant une prise en charge dans les FOSA publiques et dans fosa privées confessionnelles et agréées, poursuit-il.

Comment mesurer la qualité des soins de santé ?

Malgré la complexité de la définition de la qualité des soins de santé et ses multiples dimensions, explique M. Siméon Sabushimike, le consultant de la Pamusab, il est possible de mesurer la qualité à partir des variables pertinentes inhérentes au cadre d’analyse de la structure de soins, du processus de soins et des résultats.

Il ajoute que ces variables ont été, ensuite, transformées en des critères de soins et services de santé, et en éléments de la réactivité du système de soins. « Nous avons alors conclu que le niveau de la réactivité du système de soins est fortement satisfaisant, traduisant une bonne qualité dans toutes les structures de formation sanitaires enquêtées en général », indique M. Sabushimike. 

Le consultant abonde au propos du vice-président de la PAMUSAB en disant lui aussi que l’enquête avait la vision de savoir ce que les structures de soins détiennent, en termes de structures, de processus et de résultats afin d’offrir des soins de qualité pour une meilleure efficacité et efficience dans le traitement des patients. « Et de voir ensemble avec les responsables sanitaires comment initier la démarche qualité dans nos conventions et nous mettre d’accord sur un minimum essentiel de critères sur lesquels l’évaluation de la qualité devrait désormais se baser pour la satisfaction des Mutualistes », souligne-t-il.

Selon toujours M. Sabushimike, pour faire cette enquête, il a été nécessaire de combiner ces trois niveau d’analyse avec les critères de qualité de soins et des services, ainsi que la réactivité du système de santé, pour voir une vue globale du système de soins dans les FOSA enquêtées (21 hôpitaux et 50 CDS : centre de santé) au niveau des districts, des provinces et des régions.

Au terme de la présentation de ce rapport, des recommandations ont été formulées à l’endroit du ministère de la santé et de lutte contre Sida et celui de la protection sociale et la PAMUSAB. Parmi ces recommandations le consultant a cité la promotion des mutuelles communautaires de santé dans le système de santé formel et l’affectation du personnel de santé dans les services de soins de santé en tenant compte de leur niveau de formation tout en confiant des fonctions techniques aux personnes compétentes….

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here