CNIDH: La défense des droits de l’homme avant les élections de 2020 est une affaire de tous

0
648
Banderole de la CNIDH
Banderole de la CNIDH
Advertisement

 La bonne gestion des conflits des politiciens pour le bon déroulement des élections de 2020 est l’un des objectifs qui ont poussé la Commission Nationale Indépendante de Droit de l’Homme au Burundi, CNIDH a organisé un atelier de renforcement des capacités aux organisations de la société civil  le mardi 13 août 2019 à Bujumbura

Consolate Habonimana vice-présidente de la CNIDH au micro
Mme Consolate Habonimana vice-présidente de la CNIDH au micro

Dans son discours d’ouverture de l’atelier, Consolate Habonimana vice-présidente de la CNIDH a fait savoir que la situation sécuritaire est bonne dans tout le pays. Néanmoins, ils subsistent quelques incidents sécuritaires susceptibles de toucher négativement sur le droit de l’homme comme la criminalité ordinaire liée aux actes de vol, aux accusations d’empoisonnement ou de sorcellerie, aux conflits fonciers et au règlement de compte ainsi que des cas isolés d’affrontement entre certains membres des partis politiques. 
Elle a indiqué qu’à l’approche de la période électorale, l’envie et les attentes de gagner les élections fait parfois que les esprits s’échauffent et une manifestation de manque de maitrise des uns et des autres apparaissent face à des sollicitations politiciennes et la gestion de la situation du moment conduisant parfois à des violations des droits de l’homme de toute part.
Madame Consolate a réitéré que la défense de droit de l’homme est la part de toute en chacun avec une connaissance en matière. Toutes ces situations nécessitent un suivi et rapportage régulier par des personnes avisées et ayant des connaissances et des techniques d’un bon acteur des droits de l’homme leur permettant de répondre efficacement aux exigences du domaine des droits de l’homme, a-t-elle expliqué.  
Elle a ajouté que la CNIDH a la confiance aux organisations de la société civile. Selon elle, la société civile représente un grand nombre des burundais qui pourraient aider dans la protection des droits de l’homme.

Jean Marie Vianney Niyonkuru,Stagiaire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here