MSPLS˸ Evaluation semestrielle satisfaisante

0
433
Le ministre en charge de la Santé Dr.Thadée Ndikumana
Le ministre en charge de la Santé Dr.Thadée Ndikumana: «Depuis longtemps les Barundais se servaient de médicaments traditionnels et guérissaient

Ce vendredi 9 Août 2019, à l’INSP (Institut nationale supérieure paramédicale), le ministre en charge de santé, Dr Thaddée Ndikumana a tenu une réunion à l’endroit des différents responsables de santé de tout le pays. L’évaluation d’état de lieu des engagements qu’ils se sont fixés lors de la précédente réunion était l’objectif principal. Et lors des différentes interventions un pas satisfaisant a été atteint pour certaines structures sanitaires à plus de 80%

Vue partielle des responsables sanitaires qui ont participé à la réunion.
Vue partielle des responsables sanitaires qui ont participé à la réunion.

Selon Dr. Thaddée Ndikumana, le ministre en charge de la Santé Publique et de Lutte contre le Sida au Burundi (MSPLS), une réunion est tenue à l’endroit des médecins directeurs des provinces sanitaires, des directeurs des districts sanitaires et de tous les médecins directeurs des hôpitaux en plus du staff du niveau central du ministère pour évaluer l’état de lieu des thématiques qu’ils se sont donnés. « Nous avons voulu échanger sur l’état d’avancement des engagements que nous avons fixés lors de la réunion tenue il y a 6 mois », a -t-il indiqué. Il a fait savoir que ces engagements portés sur les quatre thématiques dont le renforcement des performances en terme des prestations des engagements tenus par les différents responsables ce qui a été honoré à plus 80% durant ces 6 mois passés. La bonne gouvernance, la gestion de la chose publique, pas mal de structure des soins travaillent bien mais il y a d’autres qu’on doit encore renforcer la gestion, a ajouté le ministre avant de préciser que cela a été relevé lors des audites que le ministère a commandité à travers des CDS (centre de santé)  et hôpitaux. En plus, c’est l’évaluation de la qualité de l’accueil des patients, a -t-il dit. Dr Ndikumana se réjouie que cette qualité a été nettement améliorée après l’appel lancé par le Président de la république. « Dans le temps on entendait des plaintes ici et là surtout dans les hôpitaux publics, mais aujourd’hui, même la mesure prise sur l’accueil des patients accidentés est suivie convenablement », a -t-il souligné. Et, le dernier point concerné la qualité des données la complétude et le rapportage des données. Selon toujours lui, c’est le moment de fixer d’autres objectifs pour les 6 mois prochains pour qu’en 2020 on puisse avoir des témoignages de la part de la population, car on travaille pour le compte de cette dernière.


L’insuffisance du personnel soignant se remarque au sein des FOSA

Pour toutes ces thématiques ci-haut citées, les participants ont présenté les points de satisfaction sans oublier les défis rencontrés lors de cette période écoulée.  Le niveau du personnel est insuffisant au sein des hôpitaux, a déploré le Dr Jean de Dieu Havyarimana qui a représenté les directeurs des hôpitaux. Il a fait savoir qu’un seul médecin peut faire le travail réservé à trois médecins. Le ministre a répondu que les hôpitaux ont droit de recruter le personnel localement. Car, a expliqué le ministre, dans le système PBF (Prime base sur les performances), un système qui régit le ministère de la santé publique et de lutte contre le sida permet aux hôpitaux et CDS (centre de santé) d’avoir les moyens de recruter localement les contractuels au niveau des districts et au niveau des provinces pour relayer les efforts du gouvernement. Parce que dans le PBF le gouvernement participe à 50%. La gestion autonome permet aux centres de santé et hôpitaux de recruter eux-mêmes les contractuels locaux, a -t-il rétorqué.

Compte tenu de la construction de nouveaux CDS et hôpitaux, il a rappelé que plus de 32 CDS et 4 hôpitaux ont été ouverts cette année. Pour cela nous avons soumis le dossier au gouvernement et il a promis que le ministère de la santé puisse recruter une centaine de personnel de santé mais, ce personnel sera orienté dans les provinces où il y a un manque criant du personnel et sera déployé à des nouvelles structures de santé récemment ouverts, a mentionné le ministre.



Un pas de géant remarquable au sein des certaines structures sanitaires

L’hôpital de Kibumbu a atteint 90% des résultats attendu en rapport avec les performances assignées lors de réunion de la mise en application de ces thématiques comme l’a précisé Dr Elysé Nahimana, directeur de l’hôpital de Kibumbu. Il a indiqué qu’un étage de trois niveaux a été érigé pour l’extension de la maternité et de la pédiatrie de cette institution. D’où cet hôpital s’est accordé une note ci-haut mentionnée (90%) par rapport à ses engagements, a affirmé Dr Nahimana. Il a demandé au gouvernement un coup de main pour les formations du personnel des FOSA (formation sanitaire). Pour ce souhait, Dr. Sr Marie Thérèse Hatungimana, directrice adjointe chargée des soins conseille à ses collègues de prioriser la bonne collaboration surtout en donnant les formations à un prix abordable car « nous sommes tous au service de la nation », a-t-elle dit.    

Quant à la qualité de l’accueil, le ministre a indiqué qu’elle est bonne comparativement à la situation des années antérieur. Et conseille les directeurs des hôpitaux de pouvoir s’organiser pour qu’un patient qui n’est pas accueilli aujourd’hui, soit reçu le lendemain en premier lieu. Cependant, il déplore le comportement indigne qu’affichent certains personnels de santé. « De temps en temps, il y a des dires qui ne sont pas conforment à la déontologie médicale », s’indigne le ministre.

Pour la question des patients qui utilisent les cartes mutuelles et les cartes d’assurance maladies et les femmes enceintent et les enfants de moins de 5ans qui ne s’approvisionnent pas les médicaments en sa totalité ils sont plutôt envoyés le plus souvent aux pharmacies privées, le Ministre Ndikumana les tranquillise en leur indiquant que la question est pour le moment sur la table du gouvernement.  « Bientôt une commission ministérielle va étudier la prise en charge globale au niveau des cas sociaux de ceux qui utilisent les cartes de la mutuelle de la fonction publique, les CAM et les indigents pour voir ensemble comment on puisse améliorer les prestations de l’utilisation de ces cartes », a -t-il conclu.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here