Burundi : Le renforcement des comités mixte de sécurité pour consolider la paix et la sécurité

0
148
Le ministre Pascal Barandagiye tient le micro
Le ministre Pascal Barandagiye tient le micro"aucun administratif n'a été mandaté pour perturber les activités des autres partis politiques.Ceux qui le font sont à traduire en justice"

Gaston Sindimwo, le 1er Vice-Président de la République du Burundi avec Pascal Barandagiye, le ministre de l’Intérieur ont présidé une réunion à l’endroit des représentants des partis politiques et les autorités administratives, ce jeudi, le 22 Août 2019, sur les échéances électorales de 2020 à Bujumbura capitale politique du Burundi

Gaston Sindimwo,le 1er Vice-Président de la République du Burundi
Gaston Sindimwo, le 1er Vice-Président de la République du Burundi

« Au nom du président Pierre Nkurunziza, nous nous sommes réunis avec les leaders des partis politiques et les gouverneurs des provinces dans le cadre de consolider la paix et la sécurité dans notre pays », a prononcé M. Gaston Sindimwo, le premier Vice-Président de la république du Burundi lors de l’ouverture de cette réunion.

Il a remercié vivement les représentants des partis politiques au pas franchi pour conscientiser leurs membres. Pour lutter contre les bagarres qui se manifestent ici et là, Gaston Sindimwo les a interpellés d’être intégrés dans les comités mixte de sécurité sans aucune distinction.

“Tous les partis politiques doivent participer au sein des Comités Mixte de Sécurité”.

Pendant et après les périodes électorales il a aspiré la situation paisible pour tous, en faisant savoir que la paix et la sécurité c’est la première richesse à n’importe qui.

« Au nom de l’Etat nous voulons que les élections ne soient pas une source de conflits », a-t-il déclaré

Selon lui, ils devront être punis ceux qui seront coupables à la destruction des permanences des autres partis politiques et leurs drapeaux.

Ainsi « les auteurs des cas de perturbation des activités des autres partis politiques, les auteurs de discours et les propos divisionnistes devront être punis ».

Lors de cette réunion, le ministre Pascal Barandagiye s’est félicité de la paix et de sécurité qui règnent au Burundi.

Il a interpellé la population d’être vigilante afin de garder et renfoncer la sécurité pendant cette période où le Burundi achemine vers les élections générales de 2020.

En cas des bavures qui se rapportent souvent, il a indiqué qu’aucun administratif n’a été mandaté pour perturber les activités des autres partis politiques.” Ceux qui le font sont à traduire en justice” a -t-il martelé.

Les participants dans cette réunion demandent la retenue des administratifs

Le secrétaire général du parti au pouvoir CNDD-FDD, Evariste Ndayishimiye indique que les administratifs devraient prendre le devant en matière de la consolidation de la paix. Ils devraient travailler pour le compte de toute la population. Et, Ndayishimiye demande que celui qui ne sera pas capable de gérer la situation des partis politiques œuvrant dans sa circonscription soit démis de ses fonctions. Car, selon toujours lui, cette autorité ne sera plus à mesure d’exercer les fonctions telles que le stipule la loi. Il explique qu’une fois élu ou nommé pour un poste quelconque on devient automatiquement un sujet de toute la population.

Au terme de ladite réunion, ils se sont donné un délai ne dépassant pas un mois pour remédier à l’intolérance politique qui s’observe dans certaines localités du pays.

 Révérien Ndereryimana, Stagiaire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here