Burundi: Une excursion “Igihugu”, une randonnée aux lieux de mémoire

0
75
Jean Claude Karerwa Ndenzako
Jean Claude Karerwa Ndenzako au micro "l'histoire entendue via les experts leur accordera la leçon morale dans la vie du pays car " Harabaye ntihakabe....".

Les représentants des jeunes en provenance des différentes provinces du pays, accompagnés par des experts en histoire, en patriotisme et culture, était en excursion de 4 jours au lieu de mémoire depuis ce mercredi, le 21 au 24 Août 2019

Drapeau national du Burundi
Drapeau national du Burundi

” L’objectif du festival ‘’Igihugu’’ le pays est de réveiller, susciter l’esprit patriotique au sein des burundais, qui doivent apprendre leur passé surtout le passé que les ennemis du Burundi nous ont toujours cachés”,a déclaré Pierre Nkurikiye, le porte-parole du ministère de sécurité publique lors de l’ouverture de la première édition du festival “Igihugu” par la visite du palais des martyrs et le mausolée du prince Louis Rwagasore avec Jean Claude Karerwa Ndenzako, le porte-parole du président de la république ainsi que M. Aloys Batungwanayo expert en histoire.

Il indique que ce passé sert d’exemple pour que désormais, il n’y ait plus des burundais qui puissent commettre des atrocités pareilles à l’encontre de leur cher patri. À la fin de cet événement qui va se répéter chaque année, dit-il, les pèlerins et surtout les jeunes auront un bagage patriotique et la population burundaise en général sera réveillée.

“Nous sommes sûr qu’une fois bien intériorisé le message du festival, il y a des maux qu’on n’aura plus dans ce pays”, ajoute Pierre Nkurikiye.

À travers tout le pays, les jeunes en visite et d’autres différents experts historiens ont visité des sites touristiques ou encore les tombes des personnes qui se sont données corps et âmes pour défendre leur patrie.

Ils ont expliqué à tous les burundais et à travers les médias et les journaux ce qui s’est passé, l’expert a relevé la leçon patriotique qu’il faut tirer surtout pour ces jeunes“.

Selon toujours le porte-parole du ministère de la sécurité publique, on a pensé à ce projet  avec le constat que certaines crises  qui ont endeuillé le Burundi ont été dus à ce manque du patriotisme. . “On est convaincu que lorsqu’on apprend de l’histoire, on est condamné à la vivre”, déplore-t-il.

En plus, les propos du porte-parole du Président de la république éclairaient l’ordre de visite en prononçant que l’histoire entendue via les experts leur accordera la leçon morale dans la vie du pays car ” Harabaye ntihakabe”.

Que nous relate l’histoire du Burundi en réalité ?

Aloys  Batungwanayo montre deux symboles cachés de pouvoir dessinés en 1925 par le colonisateur Jean Paul Harroy vice-gouverneur général du Rwanda Urundi (Territoire sous l’administration belge, mandat de la SDN, puis tutelle de l’ONU, Capital Usumbura).

Le premier symbole, la flèche du roi qui est au centre d’un arc, dessiné à son palais communément appelé aujourd’hui “kwa Ndadaye”. Celui-ci montre la royauté déchue du roi burundais comme il nous a dit. L’autre symbole toujours situé au palais de J. P. Harroy, manifestant le pouvoir renforcer des colonisateurs.

D’après lui les colonisateurs appliquaient le gouvernement ”Indirect rule” et le roi, humilié à son règne n’a pas accès aux prérogatives dans son pays.

Révérien Ndereyimana, Stagiaire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here