Burundi : Une catastrophe, une menace au développement

1
116
Le 1er VP S.E Gaston Sindimwo et le ministre OPC Alain Guillaume Bunyoni devant les cadres de l'Etat en visite de riviere Ntahangwa encours de réhabilitation
Le 1er VP S.E Gaston Sindimwo et le ministre OPC Alain Guillaume Bunyoni devant les autres cadres de l'Etat en visite de riviere Ntahangwa encours de réhabilitation

Ce Samedi 12 Octobre 2019, le Burundi s’est joint au monde entier pour célébrer la journée internationale de la prévention des catastrophes célébrée le 13 Octobre de chaque année, mais elle a été anticipée parce qu’elle se coïncide avec la date de l’assassinat du Prince Louis Rwagasore, le Héros de l’indépendance national. Les festivités proprement dites ont eu lieu au terrain de Kamenge en commune urbaine de Ntahanwa

Vue partielle des visiteurs à la rivère Ntahangwa
Vue partielle des visiteurs à la rivère Ntahangwa

Cette journée a été célébrée sous le thème, « Rien ne sape le développement comme une catastrophe : la réduction des dommages aux infrastructures essentielles sauve des vies et évite des pertes économiques ». Cette journée a été marqué par une visite des lieux menacés par des catastrophes en Mairie de Bujumbura dont l’ex Lycée Notre Dame de Vugizo et la rivière Ntahangwa côté Kigobe Sud.

Le premier vice-président, Gaston Sindimwo en compagnie du ministre de la sécurité publique, du ministre de l’élevage, agriculture et environnement et celui de la communication des médias avec les partenaires en matière de la réduction des risques des catastrophes se sont sur terrain pour se rendre compte d’état de lieu des activités de protection des infrastructures environnantes sur la rivière Ntahangwa. Là le 1er vice-président a rendu hommage aux activités accomplies par le ministre en charge de l’environnement, agriculture et l’élevage qui a pris le devant avant même de pouvoir épuiser tous les processus étatiques afin de protéger les infrastructures qui étaient menacées par la rivière Ntahangwa, se réjouit Gaston Sindimwo. Et il a fait savoir qu’il y a deux études déjà effectuées séparément en rapport avec le lycée Vugizo. Il a et demandé aux experts ayant effectué ces études de les combinées et les acheminées au ministère de tutelle endéans deux semaines pour la réhabilitation de cet établissement afin que les activités scolaires y reprennent.

En outre, le 1er vice-président souhaite que les travaux qui se déroulent sur la rivière Ntahangwa soient suivies d’en aval en amont. Et d’exhorter la population et les services de gestion de catastrophes à respecter les mesures d’aménagement du territoire et de l’urbanisme pour la protection et la prévention effective des infrastructures communautaires.

 L’union fait la force

Le 1er Vice-Président Gaston Sindimwo
Le 1er Vice-Président Gaston Sindimwo

Le 1er vice-président remercie l’initiative du PNUD de protéger le Lycée Notre Dame de Vugizo déjà abandonné et la déviation du lit de la rivière Ntahangwa pour protéger les infrastructures tant publiques que privées se trouvant le long de cette rivière.

De sa part, le représentant du système des nations unies au Burundi, M. Garry Conille a indiqué que les agences du système des NU dont l’OIM et le PNUD ne ménageront aucun effort pour soutenir le Burundi dans sa politique de la réduction et la gestion des risques de catastrophes naturelles. Et il a précisé que cette journée est une occasion de faire le plaidoyer.

Le ministre de la sécurité publique et de la gestion des catastrophes, OPC Alain Guillaume Bunyoni
Le ministre de la sécurité publique et de la gestion des catastrophes, OPC Alain Guillaume Bunyoni

Le ministre en charge de la sécurité publique et de la gestion des catastrophes OPC Alain Guillaume Bunyoni aborde dans le même sens que le représentant des NU (nations unies) au Burundi. « La journée internationale de la prévention et de la gestion des risques de catastrophes célébrée le 13 Octobre de chaque année, c’est une occasion de l’autoévaluation des pays pour se rendre compte d’état de lieu des activités en rapport avec la prévention des catastrophes qui menacent le monde entier », a -t-il indiqué. Selon toujours lui, le Burundi comme d’autres pays est menacé par les différentes catastrophes dont les inondations qui s’observent dans la plaine de l’Imbo, les ravins dans les montagnes et la sécheresse dans les provinces du nord du pays qui causent des dégâts humains et matériels à cause du changement climatique et les activités anthropiques », déplore le ministre Bunyoni. Il a en outre précisé que son ministère va renforcer le département de la protection civile en lui octroyant des moyens suffisants tant matériel que financier et le renforcement de capacité de son personnel pour pouvoir accomplir convenablement ses missions.

Une maison détruite par les glissements de terrain au quartier de Winterekwa
Une maison détruite par les glissements de terrain au quartier de Winterekwa

Et, il a interpellé les responsables de ce département à accélérer les projets relatifs au plan de développement de 2018-2027 en rapport avec la prévention des risques des catastrophes et surtout de vérifier que les infrastructures communautaires soient construites en bonne et due forme.

1 COMMENT

  1. This is very interesting, You’re a very skilled blogger. I’ve joined your feed and look forward to seeking more of your great post. Also, I’ve shared your website in my social networks!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here