L’offre des intrants agricoles inferieure à la demande, les concernés s’y penchent

0
80
L'engrais FOMI en distribution dans tout le pays
L'engrais FOMI en distribution dans tout le pays

Le ministère en charge de l’agriculture a animé mardi 22 Octobre 2019, une conférence de presse pour rassurer les agriculteurs qui s’inquiètent de l’insuffisance des fertilisants pour la saison culturale A. Avec la conjugaison des efforts de MEAE et la société FOMI, un issu favorable serait trouvé

Le Secrétaire Permanent au MEAE"l’agriculteur a son propre calendrier une fois dépasser, la récolte devient mauvaise"
Emmanuel Ndorimana,PS au MEAE: “L’agriculteur a son propre calendrier une fois dépasser, la récolte devient mauvaise”

Selon Emmanuel Ndorimana Secrétaire Permanant du ministère de l’environnement, l’agriculture et l’élevage (MEAE), le gouvernement, à travers ce ministère a déjà dévoilé les prix subventionnés pour les engrais FOMI, la chaux agricole, les semences sélectionnées de maïs pour cette saison. C’était dans le but de bien préparer cette saison, explique-t-il. Il a ajouté que même les produits phytosanitaires sont déjà disponibles dans toutes les provinces afin de répondre à toute la demande des agriculteurs.

Malgré tous ces préparatifs, le constat est que certains agriculteurs ont des inquiétudes par rapport à l’insuffisance des engrais FOMI ; ici « Nous voulons les tranquilliser, car le ministère en charge de l’agriculture suit de près cette question en collaboration avec la direction de l’usine locale des engrais FOMI » a répondu le secrétaire permanant du ministère de l’environnement, l’agriculture et l’élevage.  Il a en outre ajouté que la quantité disponible équivaut à la demande des agriculteurs dans tout le pays.

Pour les cultivateurs qui n’ont pu payer l’avance à temps, ils n’ont aucune excuse car, précise-t-il, l’agriculteur a son propre calendrier, une fois dépasser, la récolte devient mauvaise. Lors de cette conférence de presse, le secrétaire permanent est revenu sur les chiffres des demandeurs inscrits. 23700 tonnes des engrais étaient commandées jusqu’en date du 14 Octobre 2019. En date de cette conférence de presse, une quantité de 24300 tonnes de fertilisants a été atteint et 7000 tonnes supplémentaires a été acheminées dans les zones pour être   distribuées aux agriculteurs, poursuit-il. De plus, en date du 14 octobre, les agriculteurs avaient déjà reçu 19580 tonnes, a -t-il souligné.

Priorité à ceux qui ont payé l’avance pour avoir des fertilisants

Vue partielle des participants dans cette conférence de presse
Vue partielle des participants dans la conférence de presse

Lors de la campagne de distribution des fertilisants qui continue pour la saison culturale A, la priorité est réservée à ceux qui ont déjà payé les avances, promet Emmanuel Ndorimana tout en exhortant la transparence dans cette activité. Il a expliqué que la population burundaise a pris conscience de l’importance ces engrais dans le but d’augmenter la production.

Néanmoins Ndorimana secrétaire permanant du ministère de l’environnement, l’agriculture et l’élevage met en doute l’augmentation accrue des demandes de ces fertilisants. Il a mis en garde toute personne qui sera attrapée dans la fraude de ces engrais FOMI. Et de demander aux forces de l’ordre et administratifs d’être toujours vigilants pour éviter que ces engrais soient vendus à l’ étranger.

Il a rappelé que quiconque sera attrapé entrain d’exporter frauduleusement lesdits produits, sera exposé aux sanctions prévues par la loi, y compris la confiscation de ces derniers afin de couper court à ce comportement ignoble.   

Quant à la question de savoir le pourquoi du retard de distribution des fertilisants, Ndorimana ne le perçoit de la même façon que les demandeurs.  Selon lui, il faut se réjouir d’un pas déjà franchi en ce qui concerne la disponibilité des fertilisants.  « Aujourd’hui les fertilisants sont produits localement », ce qui est contraire aux pratiques des années antérieures là où le gouvernement faisait recours à l’étranger pour avoir ces intrants agricoles. Ce processus était trop long et le retard était devenu incontournable pour la saison culturale A, a -t-il conclu.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here