Burundi : la CVR demande des moyens pour arriver à terme des missions

0
132
os déterrés à l'ex-marché de Kamenge
os déterrés à l'ex-marché de Kamenge
Advertisement

Ce 14 janvier 2020, la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) a présenté son rapport d’activités de l’année 2019 devant le parlement réuni en congrès. 4163 fosses communes ont été découvertes par cette commission.

Pierre Claver Ndayicariye, Président de la CVR
Pierre Claver Ndayicariye, Président de la CVR

Selon le président de la CVR, Pierre Claver Ndayicariye, 142505 sont les chiffres provisoires des personnes tuées ou portées disparues pendant les crises qu’a connues le Burundi. Il a fait savoir que l’identité de ces victimes est connue par la CVR. Il explique que la commission a pu identifier chaque personne disparue durant ces crises. « La CVR possède les cordonnées des disparus à partir de leurs dates de naissances jusqu’au motif avancé pour les tuer »,souligne M. Ndayicariye.  Il affirme que cette commission a déjà trouvé 4163 fosses communes sur tout le territoire national.

Pierre Claver Ndayicariye donne d’une façon détaillée les fosses communes déjà trouvées sur tout le territoire burundais : il s’agit de 337 fosses en province Ngozi, 91 en province Karusi,181 en province Mwaro,315 en province Muramvya, 133 en province Ruyigi, 396   en province Rumonge, 88 en province Bururi,207 à Makamba, 345 à Cibitoke, 240 à Bubanza, 332 à Kayanza, 200 à Kirundo, 119 à Rutana, 640 à Gitega, 184 á Muyinga, 41 à Cankuzo et 250 à Bujumbura.

Lors de sa présentation, Ndayicariye a indiqué que les données en rapport avec les personnes tuées émanent des gens qui ont témoignés de leur propre volonté.  Et, il a demandé aux députés d’aider cette commission dans la sensibilisation pour que les burundais montrent où se trouve d’autres fosses communes. Cela pour les inhumer dignement.


Les champs de travail de la CVR en 2019

os déterrés à l'ex-marché de Kamenge
os déterrés à l’ex-marché de Kamenge

Dans ce rapport, le président de la commission précise que les places suivantes étaient ses lieux de travail ces derniers jours. Il s’agit de la place de l’ex marché de la zone Kamenge en mairie de Bujumbura, Ndurumu en commune Marangara de la province Ngozi et Gitaza en commune Muhuta de la province Rumonge. L’année passée, les activités se sont déroulées en grande partie dans la commune Mabanda de la province Makamba, zone Kivyuka en commune Musigati de la province Bubanza, zone Makamba en commune Rusaka de la province Mwaro, dans la zone Bugarama en commune Muramvya de la province Muramvya. Tous ces endroits sont reconnus qu’ils possèdent des fosses communes.

Il a aussi présenté les contraintes rencontrées lors de cette activité. Il a évoqué entre autre l’insuffisance des moyens de fonctionnement, une main d’œuvre insuffisante ; manque de moyen de déplacement dans toutes les provinces du pays ; manque de maison d’audiences publique; manque d’une maison nationale pour la réservation des restes des corps humains et autres archives déjà trouvés et le manque des agents qui aident les commissaires à Bujumbura et dans les provinces et communes.


Une équipe mise en place pour enquêter sur les massacres perpétrés à l’UB

Au sein de la CVR, Ndayicariye annonce que sa commission a mis en place une équipe pour faire des investigations sur les massacres survenus à l’Université du Burundi la nuit du 11 au 12 juin 1995. Cette équipe est déjà arrivée au campus Mutanga et au campus Zege de Gitega pour recueillir les premières données, a-t-il signalé.

Les résultants montrent qu’il y aurait des fosses communes se trouvant au campus Mutanga dans lesquelles ont été jetées les étudiants de ce campus.


Etant des lieux des enquêtes menées en 2019

L’année passée de 2019, la CVR a approché les acteurs de la réconciliation hors CVR. Et elle a suivi de près la Commission Episcopale Justice et Paix de la Diocèse Ruyigi où cette commission aide la population pour se réconcilier et demander pardon les uns les autres. La CVR a aussi approché l’association MIPAREC( Ministère Paix et Réconciliation sous la Croix ) de Gitega et a reçu des gens qui ont voulu donner le pardon à ceux qui ont tué les leurs et le diocèse catholique de Ruyigi a déjà donné le rapport provisoire à la CVR.

Et il signale que Les massacres ont eu lieu après les batailles entre les forces de l’ordre et les groupes armés qui voulaient instaurer la démocratie après l’assassinat du Président Melchior Ndadaye.

Selon toujours le président de la CVR, parmi les enquêtes de la CVR, on a pu connaitre qu’en date du 3 mai 1996, plus de 400 personnes ont été tués par les forces de l’ordre. Ces personnes ont été tuées après avoir été  appelées pour participer dans une réunion prévue à la place du marché de Kivyuka en province de Bubanza,déplore-t-il

La CVR termine son en rapport en demandant les moyens pour pouvoir arriver à terme des missions lui assignées.  Les parlementaires ont promu le déblocage de ces moyens. Mais, ils demandent la CVR de reformuler la demande des moyens en tranche pour faciliter la tâche au gouvernement burundais.

La CRV a le mandat d’éclairer la communauté nationale et internationale sur les problèmes qui ont endeuille le Burundi depuis le 26 février 1885 jusqu’au 8 décembre 2008.

                                       Egide Nduwarugira,Stagiaire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here