Burundi : ouf de soulagement des caféiculteurs

0
879
café
café
Advertisement

Certains caféiculteurs de la commune Mutambu , province de Bujumbura, se lamentent du faible coût du café.500 FBu/kgs. Le ministre de l’environnement, agriculture et l’élevage, Déo Guide Rurema tranquilise les caféiculteurs tout en rassurant que le prix sera revu à la hausse quelque soient les conditions.

café
café

 Au moment où ils se préparent pour la campagne 2020-2021, les caféiculteurs de la commune Mutambu ont présenté leur lamentation au faible coût du café. Ils se sont confiés aux journalistes du journal Urumuri News que le prix du café est décourageant en raison   de 500 FBu par kilogramme perçu pour la campagne dernière.

M. Stany Bararufise, un des caféiculteurs de cette localité fait savoir que les plantations de café demandent beaucoup de soins. Après avoir calculé toutes les dépenses, on se rend compte qu’on n’a rien gagné, déplore Bararufise.

A cet effet, Déo Guide Rurema ministre ayant l’agriculture dans ses attributions tranquillise les caféiculteurs que le gouvernement du Burundi est au courant de cette déséquilibre. Il a expliqué en outre que c’est la raison pour laquelle le gouvernement a pris la décision de se réengager dans le secteur du café pour défendre les intérêts des caféiculteurs. « Nous avons remarqué que les investisseurs dans ce secteur ne viennent pas pour l’intérêt du peuple mais pour leurs propres intérêts », a- t-il indiqué. Il a ajouté que les caféiculteurs vont participer dans la fixation du prix  ce qui n’était pas le cas au paravent.

ODCA, un nouvel organe régulateur du secteur café

Le Ministre Dr Déo Guide Rurema
Le Ministre Dr Déo Guide Rurema

Le ministre de l’agriculture fait savoir que le gouvernement a mis en place un nouvel organe ODECA (Office pour le Développement du Café du Burundi) qui va se charger de toutes les activités caféicoles, les activités qui étaient réalisées par les associations comme CNAC, inter café, les SOGESTAL et le SODECO. Néanmoins les investisseurs privés sont toujours autorisés d’opérer dans le secteur moyennant du capital suffisant.

Le ministre Rurema lance un appel aux agriculteurs de continuer à cultiver le café et même multiplier les plantations.  Le café apporte à lui seul plus de 60 % des devise issues des exportations, a indiqué le ministre. Et de souligner que cette culture d’exportation est cultivée dans presque toutes les provinces du Burundi

Niyonkuru J. M. Vianney,Stagiaire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here