Burundi : le retrait des enfants de la rue, un processus qui continue selon le ministère

0
156
enfants en situation de la rue rencontrés en zone Ngagara2 de commune Ntahangwa en Mairie de Bujumbura
Les enfants en situation de la rue rencontrés à Ngagara 2 de la commune Ntahangwa en Mairie de Bujumbura
Advertisement

Plus de 4000 enfants en situation de la rue et plus de 1000 adultes mendiants ont été réintégrés au niveau de leurs familles, d’après les statistiques fournis par le département des enfants et des familles au ministère des droits de la personne humaine, des affaires sociales et du genre. On observe encore des enfants en situation de la rue et des mendiants dans la ville de Bujumbura malgrès les efforts consentis par le gouvernement burundais et ses partenaires.

Les enfants en situation de rue
Les enfants en situation de rue (photo d’archive)



M. Ignace Ntawembarira, le chargé du département des enfants et des familles au ministère des droits de la personne humaine, des affaires sociales et du genre a indique que cette réintégration a été faite par le gouvernement burundais dans son programme de retirer les enfants en situation de la rue et les adultes mendiants à travers le ministère ayant charge des droits de la personne Humaine, des affaires sociales et du genre dans ses attributions.

Lors d’une interview accordée au journal Urumuri news, M. Ntawembarira a rassuré que le programme marche bien et les résultats sont satisfaisants compte tenu du nombre d’enfants et adultes mendiants déjà retirés de la rue. Il a déclaré: “4005 enfants en situation de la rue ont été réintégrés au niveau leurs familles ainsi que 1376 adultes qui mendiaient”.
Cependant, ledit programme n’est pas encore arrivé à son but ultime du fait que le ministère chargé de la mise en œuvre dudit programmes a rencontré avec des obstacles.


“…la vie dans la rue est normale”


Ntawembarira fait savoir que son département a rencontré des problèmes d’ordre divers comme la compréhension difficile de ces enfants et adultes du bien fondé de quitter la rue. Un autre obstacle, c’est l’insertion efficace des enfants et adultes au sein de leurs familles. Ces derniers sont convaincus que la vie dans la rue est normale. Ils font toujours tendance d’y revenir. Cela à cause du pain journalier qu’ils reçoivent en provenance de la mendicité.
Ntawembarira n’oublie pas encore d’évoquer le problème lié aux moyens. Le budget n’est pas suffisant pour l’exécution dudit travail, car dit-t-il, ça demande beaucoup de moyens.

Cependant, le gouvernement fournit beaucoup d’effort pour remédier aux problèmes liés à l’insertion efficace de ces enfants. Ici, Ignace Ntawembarira annonce que des écoles temporaires ont été construites dans la zone Buterere avec l’appui de l’UNICEF en mairie de Bujumbura pour la préparation d’un meilleur avenir de ces enfants ainsi que leur encadrement. Des groupes de solidarité ” Nawe nuze ” ont été créés ici et là pour améliorer la vie des familles dans le but de maintenir les adultes mendiants au niveau de leurs familles, a -t-il souligné.


La pauvrété,l’un des facteurs avancés par ces enfants et mendiants


Quand on approche ces enfants et mendiants, les uns disent que c’est à cause de la pauvreté qui guette leurs familles et d’autres disent qu’ils ont été maltraités par leurs marâtres.
Samuel Nduwimana, un des enfants en situation de la rue rencontré par notre reporter à Ngagara 2, avec un sac à dos, des vêtements déchirés et souillés, pied nu explique que son sac lui aide dans la conservation des biens qu’on lui donne ou qu’il trouve dans les différentes places.
Eviter de les donner de l’assistance étant dans la rue!”.
Ignace Ntawembarira fait un clin d’œil aux citadins qui donnent de l’argent ou autre biens à ces enfants et adultes qui mendient. Il demande aux habitants de la capitale économique Bujumbura d’abandonner ce comportement charitable envers ces enfants et mendiants car dit-il c’est une façon de les montrer que leur vie s’améliorera.
Ntawembarira demande aussi aux enfants en situation de la rue de rentrer dans leurs familles respectives car la rue n’éduque pas et la place de l’enfant c’est dans la famille. La rue ne prépare pas un bon avenir.

Egide Nduwarugira,Stagiaire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here