Burundi : la population est appelée à dénoncer les malversations des biens publics

0
38
Elysée Ndaye,président de la commission ad hoc chargée de suivre les dossiers clés pendant la période pré-électorale et électorale (au milieu)
Elysée Ndaye,président de la commission ad hoc chargée de suivre les dossiers clés pendant la période pré-électorale et électorale (au milieu)
Advertisement

Une commission ad hoc chargée de suivre les dossiers clés et sensibles pendant cette période pré-électorale, électorale a été mise en place le 5 décembre 2019 par Pierre Nkurunziza,le président de la République du Burundi, a déclaré Elysée Ndaye, le président de cette commission lors d’une conférence de presse tenue ce 26 mars 2020, au palais présidentiel

Les membres de la commission ad hoc chargée de suivre les dossiers clés pendant la période pré-électorale et électorale
Les membres de la commission ad hoc chargée de suivre les dossiers clés pendant la période pré-électorale et électorale


« Il a été constaté que pendant la période pré-électorale et la période électorale, certains responsables affichent un comportement anormal de nature à ternir l’image de l’administration publique en violation de la loi ou se livrent à des actes de malversations que ce soit au niveau ministériel, établissement publics ou administrations personnalisées… »,a précisé Elysée Ndaye, président de cette commission. Il a fait savoir que sa commission est à l’œuvre depuis le 26 décembre 2019 et 3 dossiers ont été déjà traités de certains administratifs qui se livrent dans la malversation des biens publics.
Elysée Ndaye explique les missions de la commission ad hoc. Cette commission dont la responsabilité m’est confié est chargée de rechercher, collecter et fournir l’information nécessaire sur tout comportement anormal de nature à ternir l’image de l’administration publique en faisant fi du cadre légal et réglementaire,a-t-il indiqué. Il a ajouté que la commission recueille toutes les informations sur le cas de malversation ou d’abus et donne rapport au cabinet du Président de la République pour décision. Elle collecte, recoupe et transmet les cas de dénonciations reçues via le numéro vert et d’autres moyens. Et elle veuille à la permanence du bon fonctionnement de l’administration publique.


Constat dans l’administration


Le comportement anormal prend une ampleur inquiétante et touche plusieurs domaines à la veille des élections s’observe au niveau de l’administration. Le président de cette commission ad hoc, Ndaye explique que certains administratifs s’absentent au service pendant cette période et le recrutement d’un personnel sans budget prévu. L’attribution des terres ou des parcelles par l’autorité non habilitée, l’attribution des terres ou des parcelles dans un endroit interdit.
Il évoque également l’octroi des devises pour un usage irrégulier au niveau des finances publiques, sans oublier l’octroi irrégulier des crédits, avances et découverts dans le but de cacher des détournements etc.

Le responsable de cette commission a indiqué que cette commission n’est pas venue pour remplacer les autres institutions déjà sur place ni pour punir ; mais elle est là pour prévenir. Il a précisé en outres que 300 est le numéro vert disponible pour dénoncer les responsables qui se livrent dans la gabegie financière ou autre malversations. Les dénonciateurs peuvent aussi passer par le numéro WhatsApp : +25768295625
Cependant, il est demandé aux dénonciateurs de ne donner que des informations fiables et non des rumeurs car la commission va procéder à ses propres vérifications. Un dénonciateur qui fournira une information permettant de protéger les biens de l’Etat pourra percevoir un intéressement tandis que le propagateur de rumeurs sera traduit en justice, a-t-il conclu.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here