Burundi : deux éducateurs accusés de viol sont sous les veroux

0
142
Deux enseignants accusés d'avoir violé ses éduqués
Deux enseignants accusés d'avoir violé ses éduqués
Advertisement

Ceux enseignants sont accusés par la police d’avoir violé deux élèves à qui ils donnaient les cours. La police en appelle les éduquées à la prudence .

Moise Nkurunziza,porte parole adjoint du ministère en charge de la sécurité publique au Burundi
Moise Nkurunziza,porte parole adjoint du ministère en charge de la sécurité publique au Burundi

À l’issue d’un point de presse tenu ce vendredi 29 mai, l’unité de police chargée de la protection des mineurs a presenté au public les deux enseignants. Ces enseignant sont accuses de viol des enfants auxquels ils devaient assurer l’éducation.
Selon Moise Nkurunziza ,porte parole-adjoint du ministere de la sécurité publique, ces deux enseignants sont tous de la mairie de Bujumbura. L’un est du Lycée du Lac Tanganyika II et l’autre de école maternelle catholique sise au quartier 2 de la zone Ngagara.

Cet officier de la police fait savoir que Jean Claude Ndabarushimana enseignant vacataire au Lycée du Lac Tanganyika II dispensait le cours d’ entrepreneuriat en terminale de la section scientifique. Le porte parole adjoint du ministere de la sécurité publique poursuit en précisant que cet enseignant aurait envoyé beaucoup de textos à une élève de la 3ème année post-fondamentale la demandant de coucher avec lui. L’élève s’ y serait opposée mais la manoeuvre n’ aurait pas cessé. L’ enseignant aurait avancé une raison d’ inviter la jeune fille chez lui arguant qu’ il l’a confie à une réunion du comité de son mariage ,ce qui n’a pas été vrai. C’est là où l’enseignant l’aurait violée.
Selon toujours cette source policière un autre cas est d’Eric Barutwanayo ,enseignait à l’ école maternelle catholique sise au quartier 2 de la zone Ngagara. Il aurait violé la fillette de 8 ans pendant les séances de renforcement.

La police a eu connaissance de ces cas grâce aux plaintes de l’inspecteur du ministère de l’ éducation et de la formation professionnelle en date du 27 mai 2020 et les dossiers seront transférés au parquet général de la République , a indiqué le porte parole adjoint du ministere de la sécurité Moïse Nkurunziza.
La police interpelle toutes les éduquées à dénoncer très tôt les enseignants qui ont des comportement pareil, qui veulent les induire dans ces actes.

Christophe Niyongendako ,Stagiaire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here