Burundi : interdiction de la consommation de la viande du porc à Bugarama

0
60
Advertisement

Une maladie qui attaque les porcs du nom de la peste porcine africaine (PPA), a déjà et déclarée par le laboratoire de Bujumbura. A l’heure actuelle, 11 cas de mortalités et 5 encore malades déjà enregistrés dans la commune de Bugarama, province de Rumonge.


Dans un point de presse animé ce mardi,18 août 2020, Serges Nkurunziza, directeur général de l’élevage a indiqué que des échantillons prélevés en date du 13 /8/2020, ont confirmé la maladie à virus de la peste porcine africaine (PPA) attaquant les porcs dans la commune Bugarama, province Rumonge. Jusqu’à présent, 11 cas de mortalités et 5 encore malades déjà enregistrés et confirmés sur les collines de Magara 2 et Mugendo “.
“La commercialisation des porcs et la consommation de viande ainsi que la divagation des porcs sont interdites ces jours-ci uniquement dans les localités où la peste a déjà été déclarée” a rétorqué Serges Nkurunziza.
Ce cadre du ministère de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage a ajouté qu’ils attendent les résultats du laboratoire pour confirmer ou infirmer cette peste, suspectée dans les provinces de Muyinga et Rutana.

Signes et propagation de la PPA


Comme l’indique Serges Nkurunziza, la peste porcine africaine est une maladie à virus très contagieuse des porcs. Elle est causée par un virus de la famille des Asfarviridae et peut revêtir des formes aiguë, subaiguë et chronique. Elle n’a pas de vaccin non plus de traitement. Les signes cliniques se manifestent dans 5 ou 15 jours avec la fièvre et quelques fois la toux, le jetage mocupurulent et conjonctival, diarrhée, vomissement et l’abattement généralisé où est venu le mot de dormir ” Ryama ou Déduira”.
Des rougeurs cutanées se manifestent chez les porcs à peau claire, particulièrement sur les extrémités et les parties déclives. L’animal meurt au bout de 3 à 5 jours après l’apparition de ces symptômes et parfois même sans symptômes selon la forme de la maladie.
D’une façon générale, presque tous les animaux atteints du PPA meurent. La transmission de cette maladie se fait par contact direct entre l’animal infecté et l’animal sain, l’ingestion du matériel mangeoire et abreuvoirs contaminés. Le mouvement des personnes d’une porcherie infectée vers une porcherie indemne peut aussi être un moyen de transmission.
Comment contrôler la PPA et éviter sa propagation ?
Selon toujours Serges Nkurunziza, pour maîtriser cette maladie ainsi que sa propagation, certaines mesures sont à respecter :

  • Interdiction d’acheter, vendre ou abattre les porcs dans les communes où la maladie a été déclarée jusqu’à ce que la maladie soit maîtrisée.
  • Interdiction de la divagation des porcins dans les communes touchées.
  • Interdiction de pratiquer l’élevage extensif ou semi-extensif des porcins
    -Interdiction de la distribution des porcs dans les zones non affectées sans l’autorisation préalable du ministère de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage
  • L’administration, les services techniques et les forces de l’ordre sont priés de faire un suivi et veiller au respect de ces mesures.

Le directeur général de l’élevage Serges Nkurunziza conseille les éleveurs de protéger leurs porcheries contre la PPA en clôturant l’espace où sont implantés ces dernières pour limiter l’accès des personnes et des animaux et en installant un pédiluve à l’entrée des porcheries pour que quiconque accédant à la porcherie se désinfecte avant d’entrer. Il ajoute qu’alimenter les porcins en utilisant les restes des cuisines, spécialement ceux qui proviennent des restaurants ou réfectoire est à éviter. A défaut, bien les cuire avant de les distribuer à leurs animaux.

Egide Nduwarugira

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here