La police rappelle les conducteurs de moto au respect de la loi

0
33
Advertisement

Lors d’une réunion d’évaluation du respect de la règlementation la circulation routière,  tenue  à Bujumbura ce jeudi 12, le commissaire de police, chef chargé du bureau des opérations et entraînements au sein du ministère en charge de la sécurité a accusé les motardsde violer la loi.


Les conducteurs de motos sont accusés  de violations des lois régissant la circulation routière. « Les motards dépassent les zones convenues en mairie de Bujumbura, ils circulent même au-delà des heures légales.  Transporter plus d’une personne est devenu une coutume, le non port du casque que ce soit pour le motard et son client  et le non port du gilet », a indiqué commissaire Emile Manisha, chef chargé du bureau des opérations et entraînements au sein du ministère en charge de la sécurité

Autres faute que Manisha leur reproche est d’essayer de cacher les plaques de leurs motos avec autocollant ou enlèvent une partie dans le but de faire des magouilles. Ce commissaire de la police les invite à respecter le code de la route ainsi que les lois régissant leur travail. « Votre noble métier  sera honoré une fois que vous devenez obéissants Au cas contraire, vous serez sanctionnés conformément à la loi », a-t-il menacé. 

« Personne n’est au-dessus de la loi»

Les conducteurs de motos accusent eux aussi les policiers de les arrêter injustement. Ici, le commissaire Manisha fait savoir qu’ilscompliquent la situation. « Chaque fois que vous voyez un policier vous essayez de fuir. Si un policier t’arrête, arrête toi et montre le les documents qu’il te demande ». En cas d’injustice, il les invite à informer leurs supérieurs pour les rétablir dans leurs droits. «Personne n’est au-dessus de la loi et que les policiers fautifs sont toujours punis».

Emile Manisha n’a pas manqué  d’annoncer que  20 motards ayant le permis de conduire provisoires, vont être enregistrés chaque semaine.  Le but et de les faire passer un test afin de les octroyer des permis définitifs. Il en appelle même à ceux qui n’ont pas de permis provisoire de se faire inscrire pour travailler dans la légalité.

De son côté, Jadot Nzitunga , président du collectif des associations des motards du Burundi, COAMOTABU, fait savoir qu’ils vont continuer  la sensibilisation pour le respect de la loi.

Egide Nduwarugira

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here