Burundi : une évolution dans le combat contre le VIH/SIDA ?

0
269
Advertisement

Lors d’un atelier  de mobilisation des professionnel des medias sur leur implication dans les activités qui accompagnent la célébration de la journée mondiale de lutte contre le sida, le PNLS a indiqué que taux de contamination de VIH SIDA et le taux de décès a sensiblement baissé au Burundi.  

Dr Aimé Ndayizeye, Directeur du PNLS

Selon Dr Aimé Ndayizeye, Directeur du programme national de lutte contre le SIDA, le taux de la séroprévalence a sensiblement baissé au Burundi. « Les statistiques montrent que la séroprévalence a passé  de 6% en 2002 à 0.9% en 2017. Cependant des disparités se montrent entre les provinces, les milieux et les catégories des gens. La mairie de Bujumbura ; Gitega et Kirundo les chiffres sont plus élevés que les autres provinces; ainsi  les milieux urbains présentent plus des cas des séroprévalence que le milieu rural  avec 2.5% contre 0.7% ; et les femmes sont plus vulnérable que les hommes avec 2.3% contre 0.7%.», Dr Aimé Ndayizeye , directeur du PNLS.

Dans son expose, il s’est référé sur les objectif Mondiale dans la lutte contre le SIDA dont 90 90 90 que chaque pays  est sensé atteindre en 2020  et 95 95 95  pour l’an 2030. Pour le premier objectif M. Ndayizeye a expliqué que 90% des personnes vivant avec le VIH/SIDA connaissent leur état sérologique. Le Burundi arrive à un stade de 81%. Cela montre qu’il y a encore des personnes vivant avec le SIDA sans le savoir  et continuent à le  propager. Pour lui, au minimum 90% des personnes dépistées positifs devraient prendre des médicaments mais 99.6% sont ceux qui sont sous traitement médical. Cependant, Dr Ndayizeye souligne que ceux qui ont l’accès au test viral restent minimes avec un taux de 50%.

Les stratégies mise en œuvre

Pour atteindre à ces résultats, une stratégie traiter est mise en œuvre. Il s’agit notamment de l’autotest, un moyen qui permet aux personnes qui ont des difficultés d’atteindre les structures des soins. Ils font le dépistage eux même et seront orientés au structure de sante quand le test est positive. Ainsi, a-t-il expliqué, index testing et le dépistage cible sont des méthodes  adoptés qui permettent d’atteindre un nombre important qui fait le dépistage.

Pour sa part, Raphael Nshimirimana  chef de service du PNLS a fait savoir que  la journée mondiale de lutte contre le SIDA sera célébrée sous le thème « solidité mondiale, responsabilité partagée » avec la journée mondiale de l’Hépatite B et C, le 1 décembre 2020 au stade GATWARO en province Kayanza.  « Nous combinons ces deux journées car ce sont des maladies qui interagissent et traiter de la même façon », a expliqué M. Nshimirimana.

Jean Marie Vianney NIYONKURU

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here