Burundi: Probable réouverture des médias fermés ou suspendus ?

0
303
Advertisement

Le président s’exprimé en faveur de la réouverture des médias sous sanctions. Il a appelé le conseil national de communication (CNC ) à débuter des consultations pour assainir la situation.

Les responsables des médias et les porte-parole des différentes institutions du Burundi

Le président de la République du Burundi, Evariste Ndayishimiye demande au conseil national de la communication de s’asseoir d’urgence avec les responsables des médias suspendus ou en situation des sanctions afin de trouver des remèdes pour le bien du pays. C’est une déclaration qui a été accueillie par des acclamations dans la salle. Signe éloquent montrant que cette mesure était longtemps attendue.

C’était lors de la dernière journée d’un atelier débat avec les responsables des médias organisé par le ministère en charge des médias  du 27 au 28 janvier. Le chef de l’Etat a dit être reconnaissant du rôle primordial des  médias dans le développement du pays et la consolidation de la démocratie. 

Président Evariste Ndayishimiye

Pour cette raison, il a rappelé que les médias ont une responsabilité sociale très spécifique. « La presse, les militaires et les médecins n’ont pas droit à l’erreur dans la diffusion des informations », a-t-il précisé avant de demander aux professionnels de médias de traiter consciencieusement les informations.

Le commandant suprême a rappelé que les journalistes sont des citoyens tant d’autres qui doivent prendre part au développement du pays. « Vous devraient être les acteurs actifs au développement », a-t-il souligné. Ainsi le président de la République a demandé aux professionnels des médias d’apprendre et d’observer jour et nuit la déontologie et l’éthique du métier  pour ne plus tomber dans l’erreur par Ignorance.

Les responsables des médias et porte-paroles suivent le président Evariste Ndayishimiye
Les responsables des médias et les porte-paroles des différentes institutions suivent le discours du président Evariste Ndayishimiye.

Les responsables des medias ont manifesté leur satisfaction du soutien du gouvernement du Burundi dans le métier du journalisme. Ils ont promis d’accompagner le gouvernement dans les programmes de développement.

Signalons que les medias   dont la RPA et Bonesha FM et la Radio-Télévision Renaissance ont été incendiés au lendemain du putsch manqué de 2015 et plus de 100 journalistes fui le Pays. Depuis 2018, les radios BBC et VOA ont également été touchées. Leurs licences d’exploitation ont été retirées.

Jean Marie Vianney Niyonkuru

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here