Ruyigi : extension des champs des caféiers par l’ODECA

0
105
Advertisement

30 ha de champs de café est la superficie destinée à la plantation des plants de café en province Ruyigi. C’est Emmanuel Niyungeko,DG de l’ODECA qui l’a déclaré lors de la plantation des cafiers dans des champs modèles de la colline Mubavu. 17325000 Bif est le montant payé aux Coopératives de Nyabitsinda et Bweru pour ce projet .

Cultivatrice du café de Ruyigi plante le plant du caféier

Selon Emmanuel Niyungeko, directeur général de l’ODECA, l’extension de champs de café est l’une des   priorités. « 67 ha ont été octroyés à cet Office pour la plantation industrielle des caféiers. Dans la province Ruyigi nous avons 30 ha dont 19 ha à la colline Nyagitika de la commune Nyabitsinda et 11 ha de la colline Mubavu en commune Bweru. Avec une flanche collaboration avec les administratifs et la population réunie en coopérative nous allons réussir». Il a souligné que des contrats ont été déjà conclus entre l’ODECA et les coopérative œuvrant dans la filière café de Ruyigi. Même une somme de 17325000 Bif a été déposée à ses comptes.

Jean Banyiyezako, représentant de la coopérative Twiyunguruze de la colline Nyagitika qui encadre les caféiculteurs se réjouit du réengagement de l’Etat dans la filière café. Il promet de ne ménager aucun un effort pour la réussite de ce projet de l’Etat.

Un projet salutaire

Anastase Nahigombeye , administrateur communal de Nyabitsinda tient la houe

D’après Anastase Nahigombeye, administrateur de la commune Nyabitsinda, la culture du café vient à point nommé. Elle  explique que la culture du café permet la réduction du chômage qui mine sa jeunesse. Elle permet également le développement de sa population.

Emilienne Nyaburiri caféicultrice de la colline Nyagahanda, se  dit satisfaite. « Avant la guerre, le café était notre principale source de revenue. Après la campagne de paiement je m’achetais le pagne et de quoi mettre sous la dent. Ce qui n’était plus le cas après la guerre qui a secoué notre province en 1993 ». Pour elle legouvernement a vu qu’ils sont dans le besoin. Elle a évoqué cependant, les difficultés en rapport avec le paillage suite au manque de la paille alors que le prix du café qui est faible. Elle également demandé la mise en place de l’usine de dépulpage.

Emmanuel Niyungeko,DG de l’ODECA

Face à ces préoccupations, Emmanuel Niyungeko, directeur général de l’ODECA a réaffirmé que le ministère en charge de l’agriculture est à l’œuvre pour que ce problème soit résolu. « Une commission des techniciens sera bientôt mis sur place pour voir où on va installer cette usine», a-t-il promu. Et de rassurer que son institution travaille jour et nuit pour avoir le café de qualité et en grande quantité. Dans cette optique, dit-il, l’ODECA est en train d’octroyer les plants de caféiers et du fumier aux caféiculteurs.

Signalons que la culture du café apporte 80% des devises au Burundi. Ledit projet couvrira les provinces de Mwaro, Cankuzo et Ruyigi.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here