Evaluation des gains de l’integrations dans l’EAC

0
81
Advertisement


Du 1 mars 2021 au  7 mars 2021, l’Assemblée législative de l’EAC un programme de sensibilisation sur les activités de l’EAC sous le thème : ” EAC après 22 ans : l’agenda d’intégration de l’AEC. « Évaluation de gains de l’intégration ». Etaient conviés différents partenaires dont les parlementaires,leaders d’opinions et  autres. L’union douanière, le marché commun, union monétaire et la fédération politique sont des piliers d’intégration dans l’EAC ont constitué le centre d’échange durant cette semaine.

Lors des échanges

Jean Marie Muhirwa  a indiqué que l’intégration du Burundi dans la Communauté Est Africaine est une opportunité. « La libre circulation des biens et des personnes est devenue plus facile. Aujourd’hui, pour le transport des marchandises trois jours suffisent pour arriver au Burundi depuis le port de Mombassa alors qu’au paravant il fallait 21 jours et 12 jours pour le port de Dar es Salaam jusqu’à Bujumbura », s’est réjoui. Les échanges 

Et de souligner que la libre circulation des capitaux et des services s’est traduite par l’introduction des banques comme KCB, CRDB et DTB ainsi que l’institution d’assurance comme Jubile insurance. Ce qui fait un avantage important pour le Burundi. Il a expliqué que un nombre important des burundais ont reçu d’emploi. Ces institutions, a-t-il dit, paient des impôts, une plus-value dans le trésor public. Il a aussi parlé de  la construction des bureaux de douanes ainsi que des infrastructures qui sont en train d’être réhabilitées dans le cadre de l’EAC.

Les défis qui minent l’EAC 

Bien que les  réalisations  déjà effectuées soient satisfaisantes, le vice-président des parlementaires burundais siégeant dans l’EALA a déploré que la corruption reste toujours un défi majeur qui hante cette communauté. Néanmoins, il reste optimiste qu’avec l’engagement ferme des Chefs d’états, une issue favorable pourrait être dégagée. 

Dans ces débats, Hon Muhirwa s’est revenu sur la lenteur des quelques pays membres de la l’EAC dans la mise en œuvre des protocoles signés ainsi que les mauvaises relations entre certains pays membres. Il a souligné   également  les effets de la pandémie du Covid-19 qui  est un handicap majeur. Il a appelé le peuple de la communauté à  s’adapter car « nous devons savoir vivre avec le Covid-19 en attendant que le remède soit trouvé ».

Signalons que la communauté Est-africaine existe depuis 22 ans. Ainsi à du Burundi, Rwanda, Tanzanie,  Kenya, Ouganda, Soudan du sud vient de s’ajouter la république démocratique du Congo, RDC dont la demande a été acceptée au cours du 22èeme sommet des chefs d’Etats de l’EAC. La langue française comme langue officielle  a été introduite au côté de l’Anglais et du Swahili.

Jean Marie Vianney Niyonkuru

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here