Mukaza: « Eradiquer la consommation des stupéfiants »

0
64
drogues
drogues
Advertisement

Le Samedi 7 août 2021, à Bujumbura, la commune Mukaza a  célébré la fête communale.  Jimmy Hatungimana, maire de la ville a menacé  que  des sanctions sévères vont être prises à l’endroit des vendeurs et consommateurs des drogues. Il a invité les citadins à renoncer à cette pratique.

Célébration de la fête communale
Célébration de la fête communale

« C’est déplorable de voir des personnes prenant des drogues dans la commune urbaine de Mukaza, une commune qui est le miroir de la ville de Bujumbura. C’est fort incroyable qu’il y ait encore des citadins qui boivent des boissons prohibées comme Urutuku , et d’autres qui prennent des drogues  comme le chanvre ainsi que d’autres stupéfiants de tout genre», a déploré, Jimmy Hatungimana, le maire de la ville. 

M. Hatungimana  a demandé aux consommateurs de ces drogues  de les arrêter  immédiatement. « L’état de santé des consommateurs des stupéfiants n’est pas du tout bonne et ils ne contribuent rien pour le développement du pays». Il a menacé de sanctionner les  vendeurs et les consommateurs des stupéfiants. Ils  vont être sévèrement sanctionnés, a-t-il dit, et  toute maison dans laquelle se fait le commerce des drogues sera démolie.

I B, un des jeunes rencontré dans la Zone Buyenzi , affirme qu’il avait commencé à prendre du drogue ( chanvre) et des boissons prohibées quand il était à l’école secondaire. Ce dernier dit avoir essayé plusieurs fois d’abandonner le drogue mais sans succès. Pour lui , ce n’est pas facile de dire adieu le drogue. Il pense qu’avec le temps , il renoncera aux drogues pour l’intérêt de sa santé.

Pour rappel, en date du 2 octobre 2020, le Ministère de la santé publique et de la lutte contre le Sida  avait organisé une réunion multisectorielle sur la problématique de l’usage des drogues et son impact sur la santé mentale, la vie socio-économique et sécuritaire au Burundi. Les es experts du Centre neuropsychiatrique de Kamenge CNPK ont signalé que la consommation des drogues au Burundi, est une pratique qui dure depuis des années, qui prend de l’ampleur et qui tend à se propager dans tout le pays surtout chez les jeunes de 15 ans à 35 ans.

Au cours de cette réunion, les participants ont été informés que selon les études menées au Burundi en 2013 dans l’usage des drogues, 10,2℅ des consommateurs des drogues se trouvent en mairie de Bujumbura, 2,7% dans les centres urbains et 1,7% en milieu rural. Quant à l’Office des Nations-Unies, l’usage des drogues constitue un problème de santé publique avec des conséquences graves sur le développement et la sécurité.

Egide Nduwarugira

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here