CVR / Mwaro: les victimes Hutu de Rusaka s’apprêtent à pardonner les auteurs des tueries de 1972

0
50
Advertisement

Certains habitants de la commune Rusaka qui ont perdu les leurs pendant la crise de 1972 , disent qu’ils sont prêts à donner le pardon aux acteurs des tueries perpétrées en 1972 dans cette commune au cas où ils demandent pardon. Et demandent qu’il y ait le moment de deuil et de lever de deuil en mémoire des disparus, annonce faite lors de l’ouverture solennelle des travaux d’enquête sur la crise de 1972 et les exhumations des fosses communes datant de cette période , débutée le 6 septembre 2021 jusqu’au 18septembre de la même année par la CVR sur la colline Gisenyi , Zone Makamba de la commune Rusaka,  province de Mwaro.

Mme Thérèse Siniremera, veuve de 1972

Certaines personnes qui ont été touchées par les tueries de 1972 , disent qu’il n’y a aucun motif pouvant les empêcher à pardonner ceux qui ont participé dans cette crise s’ils demandent pardon. Siniremera Thérèse , une veuve dont le mari a été tué en 1972 , a confié à la presse que son mari a été enlevé étant à la maison , puis exécuté après. « On avait enlevé mon époux au moment où je venais mettre au monde mon troisième enfant », témoigne -t-elle en pleurant. Elle a indiqué qu’elle s’est rendue au chef-lieu de la commune Makamba de l’époque qui est devenue Rusaka actuellement afin de ravitailler son mari, mais arrivée là bas , on lui a dit que son mari est allée à Muramvya , or on l’avait déjà tué , Siniremera a t-elle indiqué avec regret.

Cependant , cette veuve affirme qu’actuellement les relations entre les différents groupes ethniques de Rusaka sont bonnes. Et d’ajouter qu’elle prête à pardonner ceux qui ont tué son mari s’ils demandent pardon.

Cette veuve salue la mission de la CVR , selon elle , c’est une façon de montrer que ceux qui ont été arrêtés et tués étaient des humains.

« Un moment de deuil pour nos regrettés disparus est nécessaire »

Daridari Gabriel , un habitant de la colline Gisenyi, orphelin de père suite à la crise de 1972, âgé de 19ans à cette époque , partage le même avis avec Siniremera. Toutefois, il demande à l’Etat de fixer le moment de deuil et d’ériger un monument en mémoire des Hutu enlevés puis assassinés sauvagement et jetés dans des fosses communes en 1972. Il indique que son père et ses 2 grand frères ont été tués lors de cette crise après avoir été accusés d’être des Muleles. ” Pourquoi ceux qui ont été appelés muleles étaient tous des hutus? ” Daridari s’interroge-t-il. Après , les vaches qui étaient à la maison, ont été partagées par les acteurs de ce drame , s’indigne-t-il.

M. Gabriel Daridari demande qu’on lui donne au moins une seule vache en vue de le consoler ou lui faire un petit geste comme consolation. Car, selon toujours lui, les dures épreuves qu’il vit sont dues à la perte de son père et deux frères salariés de l’Etat assassinés en 1972 .

Ntahonkiriye Jean , un autre habitant de la colline Gisenyi , temoigne qu’il etait en 4 ème année de l’école primaire. Il dit qu’on disait qu’il y’avait des muleles qui étaient en train d’envahir le pays. On appelait les gens de l’ethnie hutu de venir veiller ces muleles . Ce dernier fait savoir que son oncle du nom de Ngendabanyikwa Thomas a été tué pendant cette crise. Lui aussi, il affirme qu’il est prêt à pardonner les acteurs de ce calvaire.

Pierre Claver Ndayicariye, président de la CVR

Pierre Claver Ndayicariye a demandé les habitants de Mwaro à s’apprêter à dire tous les noms des personnes tuées lors des différents crises depuis les années 1950 jusqu’en 2008 . Il a rappelé qu’avant que cette année se termine , il y aura un recensement des personnes tuées ou disparues sur tout le territoire national pendant les différents crises qu’a connu le Burundi.

Au moment où les fosses communes de la mairie de Bujumbura on y a érigé des maisons ou des usines , en province Mwaro on y a planté des champs du thé, déplore Ndayicariye.

Les cérémonies avaient été rehaussées par le gouverneur de Mwaro , les différents administratifs ansi que les habitants des différents collines de la commune Rusaka.

Egide Nduwarugira

            

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here