Les arrondissements de Muramvya et Mwaro touchés par la crise de 1972

0
656
Advertisement

La tragédie qu’a connu le Burundi en 1972 a touché la province de Muramvya qui comprenait les arrondissements de Muramvya et Mwaro. Plus de 2098 de restes humains ont été exhumés dans ces provinces. Les bambous (imigano) ont été utilisés pour tuer les Hutus. Le pouvoir Micombero est à la tête de cette crise.

Pierre Claver Ndayicariye, président de la CVR

Après 3 semaines des investigations sur les tueries de 1972 dans toutes les communes de la province de Muramvya et Mwaro , la commission vérité et réconciliation (CVR) indique que les chiffres montrent que cette tragédie a remporté des vies des milliers des innocents dans la province de Muramvya qui comprenait les arrondissement de Muramvya et Mwaro , entités transformées en province plus tard. Selon les résultats de la CVR , à Rwasazi , commune Muramvya , plus de 1000 restes humains ont été exhumés dans un champ de bananeraie se trouvant derrière la prison de Muramvya. La commune Muramvya a été la plus frappée par cette massacre, a précisé Pierre Claver Ndayicariye, président de la CVR.

A Mwaro , 1098 restes humains ont été exhumés dans les différentes fosses communes éparpillées dans les différentes communes de la province de cette province, affirme Ndayicariye . Parmi ces restes humains, 756 ont été exhumés dans les différentes fosses communes trouvées dans la commune de Gisozi , une des communes la plus frappée, déplore-t-il. L’ administration de l’époque était l’acteur de ces tueries et la majorité des victimes étaient les Bahutu selon les témoins de la CVR de différents groupes ethniques, s’indigné-t -il.

Le président de la commission de la vérité et la réconciliation a fait savoir que Muramvya a connu des tueries même avant le drame de 1972. Ici , ce dernier dit que 10 personnes ont été fusillées en 1965 à Busangana en commune Bukeye. Selon les témoins de la CVR , Gihugu Antoine , ancien comptable communal de la commune Bukeye et Nyandwi sont les unes des victimes assassinées.

Le bambou « Umugano » a été utilisé pour tuer les Hutu à Gisozi en 1972

Selon les témoignages, les Bahutu accusés d’être des traîtes (Abamenja) ou des mulelistes ( Bamulele) , ont été tués à l’aide des bâton taillé . Ces bâtons étaient fabriqués à partir des bambous, arbres communément appelés ” Imigano” . Les bambous utilisés ont été transportés depuis Mugamba par un certain Damas Nyambere , administrateur communal de Rumonge à l’époque , selon toujours les témoins natifs de la province Mwaro.

Certaines veuves dont les maris ont été assassinés pendant la crise de 1972 à Mwaro , ont révélé à la CVR qu’elles ont été violentées et remariées forcément par certains des acteurs de cette massacre . Par conséquent, jusqu’à présent , il y a du mésentente entre les enfants du premier mari et ceux du deuxième ( acteur du massacre). Car , explique Ndayicariye de l’an CVR, le deuxième mari laissait la veuve dès que les richesses de son premier mari tué s’épuisent. Et d’ajouter qu’a Rusaka des Batwa ont été tués sous prétexte qu’ils ont un vélo ou qu’ils lisent le journal Ndongozi selon toujours les témoignages.

Témoignages


Ndeke Dismas , de la colline Nyamiyaga , Commune Gisozi , devant la presse , a affirmé sans équivoque que pendant la crise de 1972 , seuls les Bahutu étaient visés .Et d’ajouter que l’ethnie était le seul motif d’être sauvagement tué .

Cet homme en âgé avancé , qui était en 6è année de l’école primaire à cette époque , dit que la demande de pardon peut être une solution pour bâtir le pays.

De son côté , Katihabwa Aloys , de la colline Rweza , commune Gisozi , dit que ça serait mieux si les acteurs demandent pardon même s’ils n’osent pas le faire. Katihabwa a confié à la presse qu’il était en 5è année de l’école primaire. Dans le mois d’Avril 1972 , son père , son oncle et son grand frère ont été arrêtés et tués.

Dr Sabine Ntakarutimana, 1er vice-président de l’assemblée nationale (au micro)

La CVR a clôturé provisoirement , ses activités d’auditions des témoignages sur les tueries de 1972 et les exhumations des fosses communes datant de cette période ces 24-25 septembre 2021 respectivement à Muramvya et à Mwaro. Les cérémonies ont été rehaussées par Sabine Ntakarutimana , premier vice-président de l’Assemblée Nationale .

Vous saurez que dans toutes les provinces , le rôle du pouvoir Micombero revienne souvent. Il est accusé d’avoir planifié et massacré les Hutu en 1972.

Egide Nduwarugira

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here