L’îlot « KURUYOKA » face au changement climatique

0
743
A l'îlot Kuruyoka, les habitats de cet îlot Kuruyoka ne disposent aucune infrastructure publique.
A l'îlot Kuruyoka, les habitats de cet îlot Kuruyoka ne disposent aucune infrastructure publique.
Advertisement

L’îlot « KURUYOKA » chez le Serpent en français, c’est une petite île qui se trouve dans le lac Rweru. C’est en commune Busoni de la province Kirundo au Nord du pays. Cet îlot d’une superficie de 20 ha. Environ 200 personnes issues de plus de 52 ménages y habitent. La montée d’eau de ce lac en 2019 a causé des dégâts matériels dont la destruction des maisons. Ces gens ne disposent d’aucune infrastructure publique.

A l'îlot Kuruyoka, les habitats de cet îlot Kuruyoka ne disposent aucune infrastructure publique.
A l’îlot Kuruyoka, les habitats de cet îlot ne disposent aucune infrastructure publique.


Le 10 novembre 2021, le réseau des journalistes de la gestion des risques et la prévention des catastrophes ont effectué une visite guidée par le gouverneur de la province Kirundo à Kuruyoka . C’est à la colline Ruheha de la zone Nyagisozi en commune Busoni.

Les habitants de cet îlot ne disposent pas de centre de santé, ni de l’école, ni de marché ,ni de cimétière non plus de borne fontaine publiques . Ils utilisent de l’eau polué du lac Rweru dans leur vie quotidienne. Pour arriver à l’école ou au centre de santé, ils doivent traverser le lac Rweru à l’aide de la pirogue en bois pendant presque une heure. D’où ceratains enfants ne fréquentent pas l’école.
A part le risque d’inondations, ces habitats sont disposés à des probables noyades, car les moyens utilisés pour traverser ce lac sont archaïques. Eux -mêmes font savoir que même la pirogue octroyée par l’Eglise pentecôte n’est plus apte à assurer ce transport. Ils demandent que cette pirogue soit remplacée.
Apart les aléas climatiques, ces gens peuvent quelquefois être dévorés par les hippopotames. « Deux personnes d’entre nous ont été tuées par les hippopotames ces derniers jours », déplorent-ils.

Que faire pour sauver les habitants de l’îlot KURUYOKA ?


David Minani, un des habitants de cet îlot demande à l’Etat burundais de leurs construire des maisons dans les villages riverains du lac Rweru. Point de vue partagé par ses voisins. En attendant qu’on nous donne ces maisons, nous aimerions que nos élèves aient un déplacement adéquat. Ils demandent qu’une fois l’Etat opte la délocalisation de ces gens de l’îlot Kuruyoka vers ces villages, qu’ils aient la facilité de fréquenter cet îlot afin de continuer à y exercer des travaux champêtres. Car ,expliquent-ils , “nous n’avons pas d’autres lopins de terre!”. Et de préciser que cet ilot est très fertile. Comme nous l’avons remarqué , on y cultive des maiis ,du sorgho, du haricots, pommes de terre et ils y exercent de l’élèvage de petits bétails comme les chevres, les porcs, ainsi que des volailles.

A toutes ces préoccupations, le gouverneur de la province Kirundo, Albert Hatungimana tranquillise. Il leur a rassuré que sa province est à l’œuvre pour trouver une réponse à cette problématique. Il a indiqué qu’un projet de leur délocalisation est en cours d’élaboration et demande que le PNUD prête une main forte à ce projet.
Il explique que ces gens seront installés dans des villages de Vumbi et au site Gikubajoro , site qui est proche de cet îlot. Actuellement, cet îlot abrite 52 ménages comptant environ 200 personnes, a précisé le gouverneur de Kirundo, avant d’indiquer que cet îlot a une superficie de 20 ha.

Les gens de Kuruyoka menacés par les inondations en 2019

Il a rappelé qu’en 2019, les inondations ont causé des dégâts à cet îlot. « En 2019, les inondations ont endommagé beaucoup de maisons ici, les habitats se sont regroupés dans des endroits qui restaient encore arides, mais la vie pour eux n’était pas du tout bonne. Certains habitats d’ici ont fui vers les collines riveraines du lac Rweru et d’autres se sont dirigés vers le Rwanda pour y prendre refuge, précise le gouverneur.   A cette époque, j’étais l’administrateur de la commune Busoni. Et j’ai rendu visite à ces derniers et j’ai constaté qu’il y a un problème sérieux lié au changement climatique », a-t-il expliqué. C’est à ce moment qu’il a débuté le plaidoyer pour ces habitants, conclut-il.
Cette descente a été organisée par les journalistes environnementalistes sous l’appui du PNUD. Cette activité a eu lieu au moment où se tenait en Glasgow en Ecosse la COP26.
La province Kirundo figure parmi les provinces du Burundi qui subissent les conséquences du changement climatique. Le gouverneur indique que la commune Busoni est la cible du changement climatique. Il cite entre autres la désertification de ses collines une fois que la pluie tarde quelques semaines. Ce qui entraîne des conséquences néfastes sur la production agricole.

Il précise en outre que les communes Busoni, Bugabira et Kirundo sont les communes les plus vulnérables du changement climatique.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here