Burundi: Environ 80.000 déplacés internes enregistrés suite aux catastrophes en 2020 et 2021

0
411
Advertisement
Gervais Ndirakobuca, Ministre de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique

Dans les 2 dernières années , les catastrophes ont occasionné plus de 70.000 déplacés internes au Burundi. Les catastrophes naturelles sont à l’origine de ces déplacés internes, a fait savoir Gervais Ndirakobuca , ministre ayant l’intérieur et la sécurité publique dans ses attributions. La montée des eaux du lac Tanganyika et les inondations de la rivière Rusizi sont parmi les causes principales de ces déplacés.

Ce 1er mars 2022, le Burundi s’est joint aux autres nations pour célébrer la journée mondiale de protection civile. Le Ministre de l’intérieur , du développement communautaire et de la sécurité publique, Gervais Ndirakobuca a fait savoir que le Burundi a enregistré 44.222 déplacés internes en 2020 tandis qu’en 2021, on a recensé 35.727. La montée des eaux du lac Tanganyika et les inondations de la rivière Rusizi étaient à l’origine du déplacement de ces burundais comme l’a-t-il expliqué.

Le ministre Ndirakobuca a signalé que le gouvernement burundais apprécie le travail des partenaires œuvrant dans le secteur de la protection civile et de la gestion des catastrophes , surtout la Croix Rouge du Burundi. Et d’interpeller les différentes organisations internationales et nationales , les organisations non gouvernementales à continuer à soutenir le Burundi dans le domaine de la protection civile et gestion des catastrophes.

Au sein de la police de protection civile , ils demande le ministre ayant la sécurité publique dans ses attributions , d’appuyer cette unité de police , car, seuls 12 camions sur 21 restent fonctionnels. Cette unité a besoin aussi du nouveau sang composé surtout par les jeunes pour son renforcement.

Bientôt, la province Karusi abritera les déplacés de Gatumba

« Les déplacés se trouvant dans les sites de Gatumba seront réinstallés dans les nouveaux terrains de la province de Karusi », a annoncé M. Pontien Hatungimana , Directeur Général chargé de la réinstallation et réintégration des sinistrés au niveau du ministère de la solidarité nationale. Il a fait savoir qu’ils vont plaider au niveau du ministère ayant l’environnement dans ses attributions pour que ces déplacés aient des terres cultivables . M. Hatungimana souligne qu’un déplacé doit être réinstallé là où il peut jouir ses droits fondamentaux.

Ce cadre du ministère ayant en charge de la solidarité dans ses attributions n’hésite pas à signaler que la Mairie de Bujumbura a un problème sérieux dû au manque des terrains. Il fait savoir que certains déplacés seront réinstallés dans les 9 ha disponibles à Kabezi et Mubimbi.

Pour le cas des déplacés des sites de Mushasha I et II , le ministre Ndirakobuca fait un clin d’œil au chargé du service de réintégration et réinstallation des déplacés. Il indique que les déplacés de ces sites ne se sont installés qu’après la crise de 1994. Il invite ledit service à gérer cette question avec prudence , car il y a où ces derniers venaient , a t- il martelé.

La montée des eaux du lac Tanganyika

Les déplacés des sites de Gatumba et Maramvya se réjouissent de l’aide de la police de la protection civile.

Selon Sibomana Eric , un des déplacés du site Mafubo de la Zone Gatumba , la police chargée de la protection civile a intervenu lors des inondations. Elle nous a assurés le déplacement vers les sites sans oublier l’approvisionnement du site en eau potable. Sibomana demande la police de la protection civile de rester toujours à côté d’eux.

Tuyisabe Alain Moise du site Sobel de Maramvya partage le même avis avec Sibomana. Il affirme qu’ils ont reçu du soutien de la part de la police de protection civile. Et d’indiquer que la police a donné au site de Sobel un moteur afin de l’alimenter en eau potable.
Signalons que le Burundi a célébré pour la 13è fois ladite journée . Le thème de l’année est: “Protection civile et gestion des personnes déplacées internes: Rôles des volontaires et lutte contre les pandémies”.

Egide Nduwarugira

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here